Breakfast in Vienna…

…And lunch, and coffee, and cake, and dinner ! Youh !

Bon rassurez vous, je ne suis pas devenue bilingual en un week end dans les contrées autrichiennes. Au pire j’ai pu apprendre que strasse en allemand et gasse en autrichien, bah c’est pareil. Mais je crois que je m’éloigne un peu du sujet principal. Bref. L’intro en anglais, c’est juste parce que ça sonne bien. Et parce que ça me permet de lancer avec classe l’un des éléments essentiels de ce week end : la bouuuffe ! La bouffe oui, cette passion qui unit bien des êtres humains sur cette terre.
Mais bon, il n’y a pas que ça à Vienne non plus hein. Il y a aussi beaucoup de jolis (et anciens) bâtiments, et beaucoup de lumières. C’est principalement ce que vous allez voir sur les photos qui suivent d’ailleurs.

Allez, c’est le moment de débuter cette #Viennastory : un vendredi de novembre, notre réveil a sonné à 5h (je dis notre parce qu’on était deux, avec ma copine). C’était dur. Mais c’était pour la bonne cause : un week end de 3 jours a Vienne, entre copines. Le rêve non ? Après un vol, matinal donc, au dessus de magnifiques monts enneigés, nous atterrissons dans un aéroport flambant neuf et plutôt classe. Un train un peu moins neuf et un peu moins classe (mais fort pratique) nous emmène dans le centre, sous un soleil joyeux. Le temps de poser nos bagages dans un appartement absolument magnifique (une de ces perles d’airbnb, aussi jolies en photo qu’en vrai, voire même encore plus), nous repartons à pied en direction du quartier de la gare et du Belvédère.

Si le quartier en soi n’a qu’un intérêt limité, il abrite en revanche cet oasis de beauté qu’est l’Hôtel Daniel et son restaurant le Daniel Bakery. À nous le bruuuunch et la pause bien méritée après une matinée mouvementée…

Hotel Daniel - Daniel BakeryHotel Daniel - Daniel Bakery

Daniel Bakery

L’estomac un peu trop plein, mais heureuses (manger rend toujours heureux hein, c’est bien connu), nous repartons de notre havre de paix pour aller découvrir le centre ville et son effervescence incessante. Le soleil brille encore haut, les visiteurs se pressent, le nez en l’air et des paquets aux bras. Des hommes en costumes moirés et bottes de cuir nous alpaguent à la sortie du métro pour nous vendre un opéra. Ça pourrait être sympa en effet ! Mais spoiler : nous n’irons pas. Non, nous allons pour l’instant nous contenter de marcher bras dessus bras dessous, se laissant porter par le flot des marcheurs et la vie palpitante de ces vitrines lumineuses et brillantes. Et surtout, surtout, admirer les bâtiments tous plus wahou les uns que les autres (wahou est un adjectif nul, je vous l’accorde, mais il est plutôt explicite non ?). On flâne, on fait quelques boutiques, on bifurque dans des petites rues adjacentes à l’avenue principale, et ce jusqu’à Karl’s Platz, la fameuse, la grande.

VienneVienneNotre balade nous emmène jusqu’à la bibliothèque nationale, que nous décidons de visiter après avoir profité un peu de la douce chaleur du soleil d’automne.

Ce lieu est magique, silencieux, chargé d’histoire. Un coup de coeur !

Bibliothèque de VienneBibliothèque de VienneUn peu fatiguées par cette première journée plutôt intense, nous reprenons le chemin de l’appartement dans une Vienne illuminée et éblouissante (Vienne la nuit ça vaut mille fois le détour !)

Rue de VienneNous atterrissons dans un petit restaurant de quartier qui ne paye pas de mine mais où l’on mange bien. Puis l’heure est au repos : demain est une encore une grande journée.

Samedi matin. Réveillées par un jour clair et lumineux dans notre appartement d’architecte, nous nous préparons et partons prendre le petit déjeuner dans un joli café en bas de l’immeuble : le Budapest Bistro. Joli endroit repéré la veille, avec une carte de petit déjeuner fort alléchante, mais un accueil un peu froid. Dommage !

Nous prenons ensuite la direction du Naschmarkt, un marché permanent qui ressemble a de jolies Halles à l’ancienne, rassemblant à la fois des étals de fruits, légumes, viande, pain… Mais aussi de sympathiques petits restaurants. Bon évidemment l’endroit est très touristique et assez dense ! Il constitue néanmoins une petite balade sympa à faire (de préférence le ventre vide pour pouvoir s’y arrêter… On le saura pour la prochaine fois !)

Naschmarkt - VienneNaschmarkt - VienneToujours à pied, on continue notre balade jusqu’à Karl’s Platz, puis nous atterrissons au Palmenhaus, cette grande verrière rétro au milieu du quartier des musées. D’un côté, elle fait café brasserie, et de l’autre, c’est une palmeraie abritant des rares espèces de papillons. La visite était plutôt marrante, et très humide ! Assez dépaysant…

Palmenhaus - ViennePalmenhaus - VienneN’ayant toujours pas faim, nous décidons de partir à la découverte de la vieille ville, avec ses petites rues et ses vieilles boutiques (dont la papeterie / boutique de souvenirs Papierhaus A. Katzer dans laquelle on peut me perdre aisément quelques heures).
Puis nous traversons le canal du Danube pour aller vers le quartier du Prater. On a repéré le Supersense, un resto boutique spécialisé dans les vieux Polaroïds, les vieux vinyles, les vieux trucs cool quoi. C’est notamment là qu’on peut se faire tirer le portait en pola géant, avec d’authentiques appareils photo du début du siècle… Dingue non ?! J’avoue, on a hésité un moment, mais on a finalement décidé de ne pas le faire. Ca aurait quand même été un sacré souvenir ! En tout cas, entre ça et le repas absolument délicieux pour un prix carrément abordable, c’est une étape absolument indispensable de tout passage à Vienne !

Le Supersense - VienneLe Supersense - Vienne

Supersense

À regret, nous quittons cette chouette adresse et revenons dans le centre et son effervescence de fin d’après midi. Plus par gourmandise et curiosité que par réelle faim, nous cherchons un “café viennois” pour prendre un vrai goûter typique, avec tout ce qu’il peut avoir de kitsch. Nous arrêtons notre choix sur le Café Central, et son portier en livrée à l’ancienne. A l’intérieur, des vieilles banquettes, des tables en bois ciré, des lustres à globe, des grands tableaux et un choix de pâtisseries toutes plus épaisses et gourmandes les unes que les autres. L’ambiance est étrangement calme et feutrée, malgré le monde (toutes les tables sont prises, il y a la queue pour rentrer et un serveur nous place). On est bien loin des endroits à la fois modernes et vintage visités jusqu’à présent, mais le charme désuet de cette grande brasserie a nappes blanches est quand même agréable. Ça vaut un petit détour !

Café Central - Vienne

Café Central

Le soir, nous avons prévu d’aller manger au Motto, un bar restaurant carrément cool et tendance repéré avant notre départ. Chance, il se trouve à 100m de notre appartement (si ça c’est pas le destin…)

Il est 20h. Derrière une porte en métal aveugle et très discrète, nous pénétrons dans un monde fait de fumée, de plantes vertes et de musique ambiançante. Les banquettes sont en velours d’un profond vert émeraude, les murs en béton brut, et il y a des lampes en néon fluo derrière le bar qui participent à l’ambiance fun et rétro de ce lieu si atypique et terriblement cool. Nous prenons un mojito en attendant que notre table soit prête. Le repas est vraiment délicieux. C’est un peu cher, certes, mais franchement, ça vaut le coup.

Dimanche matin. Histoire de ne pas être réveillées à l’aube par l’aveuglante lumière des grandes fenêtres de notre chambre d’architecte, nous avons tout calfeutré avec des coussins, des couvertures et des pulls. C’est un peu camping, mais ça fonctionne ! Nous nous levons donc tranquillement, prenons le petit dej à l’appart avec des restes de brioche achetée la veille, puis nous filons prendre le métro direction le château de Schönbrunn.
Il fait tout gris, il y a du brouillard. C’est pas risou risou.
Sinon l’enceinte du château est immense. Nous la longeons un bon moment avant d’enfin arriver devant l’entrée ! Dans la cour, où le nombre de touristes est déjà impressionant, nous voyons s’activer les préparatifs du marché de Noël qui débutera dans quelques jours. Nous optons pour la visite basique, et partons à la découverte de ce gros bâtiment jaune. Nous traversons des dizaines de pièces meublées selon le style de l’époque, apprenons quelques bribes de détail sur la vie de la famille impériale. C’est plutôt amusant ! Et un peu impressionnant aussi il faut l’avouer, la bâtisse est vraiment immense…

Chateau de SchönbrunnNous décidons de faire un tour dans les jardins, qui sans surprise sont à la mesure du château. Des allées s’étendent à perte de vue à droite et à gauche, et on y voit pas mal de joggers venir faire leur tour matinal. Dommage que nous soyons en novembre, car tout est un peu triste et déplumé. Adieu les plates-bandes de fleurs et les jolies couleurs ! Cela ne nous empêche quand même pas d’aller visiter les labyrinthes (hihi).

Nous repartons sous un ciel qui se déchire pour laisser apparaitre quelques rayons de soleil. Enfin ! Il est presque 13h, la faim se fait sentir. Nous repassons en vitesse à l’appartement récupérer nos sacs, puis nous nous dépêchons de retourner en centre ville pour trouver un endroit où déjeuner. La veille, nous avions repéré le resto de Jaimie Oliver et sa façade pleine d’ampoules (#passion), alors nous tentons. Chance, ils nous trouvent un coin de table, alors même que nous n’avions pas réservé. J’y mange un burger à tomber par terre. Et je vais faire pipi dans les toilettes les plus cool que j’ai jamais vues. Donc franchement, Jaimie’s Italian 10/10 !

Jaimie's Italian VienneJe ne m’étendrai pas outre mesure sur le reste de l’après midi, étant donné que nous avons surtout erré avec nos sacs dans la ville, avant d’atterrir dans un autre café Viennois, le Café Diglas, plus confiné que le café Central, avec plein de banquettes rouges et des abat-jour en forme de tutu (old-school mais cool). Les serveurs étaient plutôt sympa jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’on allait traîner là un certain temps avec seulement un thé et un latte macchiato. Du coup on est parties.

Vous saurez donc, si vous allez à Vienne, que l’aéroport est doté de trucs vachement cool quand on doit attendre son avion pendant 15 ans. Genre des banquettes tellement larges et longues qu’on peut carrément s’allonger dessus de tout son long et chiller en regardant passer les gens qui courent dans l’aéroport. C’est plutôt chouette. Surtout quand on vient de passer 2 jours dans cette capitale pleine de surprises, à mi-chemin entre tradition, kitsch et mainstream.

VienneAuf Wiedersehen Wien !

Advertisements

Eu vou fazer…

La gaîté inouïe des couleurs qui ornent les façades éclabousse la poussière et les fissures des murs voisins qui se meurent. Au détour d’un virage escarpé s’échappent des chants et de la musique, brisant le calme silence d’une rue désertée. Quelques azulejos accrochés sous les balcons tentent de retrouver leur éclat d’antan.
Le temps s’est comme arrêté dans ces villes où le passé reste accroché au présent comme une ombre discrète : c’est le charme désuet du Portugal.

DSC_0116Viseu.
#Nofilter

DSC_0122Viseu.
#Nofilter

DSC_0212Coimbra.

DSC_0221Coimbra.

Le silence, je l’ai prié.

DSC_0360Porto.

DSC_0378Porto.
#Nofilter

DSC_0379Porto.
#Nofilter

DSC_0381Porto.
#Nofilter

DSC_0386Porto.

 

Oliver Heldens & Shaun Frank – Shades Of Grey (ft. Delaney Jane)