Julien Doré & Nous à Lyon

S’il y a bien un concert que j’ai attendu, attendu (et il n’est jamais venu… ah ah), c’est celui de Julien Doré. Ce n’est pas faute d’avoir eu des occasions, il est quand même passé pas moins de trois fois à Lyon durant ces trois dernières années. Mais bon, il faut croire que les étoiles n’étaient pas alignées… Jusqu’à ce week-end.

ENFIN !

J’ai donc passé mon samedi soir en compagnie de ce beau et talentueux artiste, qui à mon sens est l’un des plus doués de la scène française actuelle (objectivité, quand tu nous tient). Et autant dire que je n’ai pas été déçue. Au delà de ses textes magnifiquement poétiques et de ses excellents musiciens, Julien Doré est un vrai show man. Qui l’aurait cru, lui qui apparaît si sensible, parfois si réservé !

Bon, je vous passerai les détails inutiles de la soirée, notamment ce moment où je suis en train de faire pipi et où les premières notes du concert démarrent (ils ont fait un peu de teasing durant les 15 minutes qui viennent de s’écouler, mais étant donné qu’il n’est 20h40, je pensais être large…). C’est bien la première fois que j’attends aussi peu entre une première partie et le concert !

Julien_Dore

Le spectacle s’ouvre donc sur Porto-Vecchio, se poursuit avec Le Lac, il y a des lumières colorées, les gens dansent, tapent dans leur main, c’est le bonheur quoi. A la troisième (ou peut-être quatrième) chanson, Julien décide de venir prendre la température par lui-même, et descend dans la foule, comme ça. A la sixième (ou peut-être septième) chanson, il tend son micro à une fillette, puis la fait monter sur la scène, pour qu’elle chante et danse avec lui. Entre ses chansons, il nous parle, nous présente ses musiciens, nous fait rire. Il change de tenue aussi, attache ses cheveux, puis les détache, nous parle de ses problèmes capillaires (nous les filles, on comprend…).

On est des milliers, dans cette grande salle, et pourtant on a l’impression d’être si peu, d’être si proche. C’est intime. D’ailleurs, il le dit lui-même : il a l’impression d’avoir vu chacun de nos visages. Tandis que nous, on s’est fait transporter à Beyrouth, à Winnipeg, à Eden… On s’est fait caresser par la douceur de ses mains courant sur son piano, par la profondeur de sa voix nous couvrant de jolis mots. On a chanté d’une seule voix le premier refrain de Paris-Seychelles, et c’était tellement beau que j’ai failli verser ma larme.

 

Une bien belle soirée en somme… Que je pourrais résumer ainsi :

Plus de 2 heures de concert

4 changements de tenues

3 classiques « Julieeeeeeeeen ! Epouse-moiiiiiiiiiiiiii ! »

1 pas trop distingué « A poiiiiiiiiiiiiiiil »

1 rigolo mais bizarre « Enlève ta culooooooootte ! »

1 slow avec un Panda (oui oui)

30 minutes d’applaudissements

 

De la magie. Tout simplement.

 

Advertisements

Walk At Random – 8th december

Ambiance mystique. Lyon s’est habillée de rouge.

Dès que la nuit tombe, la ville s’anime. Une effervescence joyeuse, rassurante.
A chaque coin de rue, une découverte.
A chaque pas, un rendez-vous avec trois millions de personnes.

Bienvenue à la Fête des Lumières.

DSC_0322 copieOpéra de Lyon

DSC_0219 copieRue de la République

DSC_0228 copieRue Paul Chenavard

DSC_0243 copiePlace St Nizier

DSC_0249 copieLa Martinière

DSC_0255 copiePlace Sathonay

Dis, après quoi on court ?

DSC_0268 copiePlace Sathonay

DSC_0281 copieCroix-Rousse

DSC_0285 copieCroix-Rousse

DSC_0289 copieCroix-Rousse

DSC_0305 copiePlace Louis Pradel

Un peu. Beaucoup. A la folie.

DSC_0364 copiePont Morand

Et si je vous disais que même au milieu d’une foule
Chacun, par sa solitude, a le cœoeur qui s’écroule

Pierre Lapointe – Tel un seul homme

DSC_0414 copiePont Morand

Passion Pit – Take A Walk

Retrouvez quelques unes de ces photos en vente ici.

C’est comment l’hiver, déjà ?

Brouillard du matin.
Le froid est saisissant, les toits fument.
Dehors, ça sent l’hiver, ça sent l’air glacial.
Novembre avance, la neige bientôt.

On a un peu oublié ce que ça fait.

En tout cas l’hiver dernier, c’était comme ça.

P1050848 copieServoz.

“Elle dansait, pour de vrai, pour lui plaire à lui seul. Il pensait quel malheur que vous ne m’aimiez même pas ce quart d’heure.”

DT 034 copieServoz.

P1050953 copieChamonix.

DSCN5375 copieChamonix.

P1050944 copieLes Praz.

Ou comment finir en beauté une journée de ski.

P1050959 copieServoz.

Flume – The Greatest View