Julien Doré & Nous à Lyon

S’il y a bien un concert que j’ai attendu, attendu (et il n’est jamais venu… ah ah), c’est celui de Julien Doré. Ce n’est pas faute d’avoir eu des occasions, il est quand même passé pas moins de trois fois à Lyon durant ces trois dernières années. Mais bon, il faut croire que les étoiles n’étaient pas alignées… Jusqu’à ce week-end.

ENFIN !

J’ai donc passé mon samedi soir en compagnie de ce beau et talentueux artiste, qui à mon sens est l’un des plus doués de la scène française actuelle (objectivité, quand tu nous tient). Et autant dire que je n’ai pas été déçue. Au delà de ses textes magnifiquement poétiques et de ses excellents musiciens, Julien Doré est un vrai show man. Qui l’aurait cru, lui qui apparaît si sensible, parfois si réservé !

Bon, je vous passerai les détails inutiles de la soirée, notamment ce moment où je suis en train de faire pipi et où les premières notes du concert démarrent (ils ont fait un peu de teasing durant les 15 minutes qui viennent de s’écouler, mais étant donné qu’il n’est 20h40, je pensais être large…). C’est bien la première fois que j’attends aussi peu entre une première partie et le concert !

Julien_Dore

Le spectacle s’ouvre donc sur Porto-Vecchio, se poursuit avec Le Lac, il y a des lumières colorées, les gens dansent, tapent dans leur main, c’est le bonheur quoi. A la troisième (ou peut-être quatrième) chanson, Julien décide de venir prendre la température par lui-même, et descend dans la foule, comme ça. A la sixième (ou peut-être septième) chanson, il tend son micro à une fillette, puis la fait monter sur la scène, pour qu’elle chante et danse avec lui. Entre ses chansons, il nous parle, nous présente ses musiciens, nous fait rire. Il change de tenue aussi, attache ses cheveux, puis les détache, nous parle de ses problèmes capillaires (nous les filles, on comprend…).

On est des milliers, dans cette grande salle, et pourtant on a l’impression d’être si peu, d’être si proche. C’est intime. D’ailleurs, il le dit lui-même : il a l’impression d’avoir vu chacun de nos visages. Tandis que nous, on s’est fait transporter à Beyrouth, à Winnipeg, à Eden… On s’est fait caresser par la douceur de ses mains courant sur son piano, par la profondeur de sa voix nous couvrant de jolis mots. On a chanté d’une seule voix le premier refrain de Paris-Seychelles, et c’était tellement beau que j’ai failli verser ma larme.

 

Une bien belle soirée en somme… Que je pourrais résumer ainsi :

Plus de 2 heures de concert

4 changements de tenues

3 classiques « Julieeeeeeeeen ! Epouse-moiiiiiiiiiiiiii ! »

1 pas trop distingué « A poiiiiiiiiiiiiiiil »

1 rigolo mais bizarre « Enlève ta culooooooootte ! »

1 slow avec un Panda (oui oui)

30 minutes d’applaudissements

 

De la magie. Tout simplement.

 

Advertisements

Florence ! *Clap Clap Clap* Florence ! *Clap Clap Clap*

Oh ! Me voilà de retour aux Théâtres Romains de Fourvière ! La dernière fois, c’était pour Woodkid en 2013, et il pleuvait sa mère, c’était bien sympa. Non pour de vrai c’était marrant, ceux qui comme moi n’avaient pas anticipé s’étaient farci le petit poncho transparent vendu à l’entrée, les autres arboraient de chouettes K-way de toutes les couleurs. Ça donnait un sacré patchwork dans les gradins, et franchement, ça faisait son petit effet.

Mais bon, ça c’était y’a deux ans. Cette année, on est passé au niveau supérieur, parce qu’à l’affiche, c’était Florence and The Machine. Attention.
Histoire de planter le décor, je vais rappeler que le début de ce mois de juillet 2015 a été frappé par une forte canicule, et que Lyon bien entendu n’a pas été épargnée. Alors quand par radinerie j’ai préféré prendre mon vélo plutôt que le funiculaire pour monter sur la colline, autant dire que j’ai vite compris que ça allait me coûter cher (AH AH AH). Un truc du style 25 minutes à pousser dans une côte interminable, par 36°, sans eau, en sandales. L’angoisse, mes amis, L’ANGOISSE.
Mais j’y suis arrivé hein, sans perdre ni poumon ni mollets, juste la quasi totalité de mes sels minéraux. Bienheureuse, je file sans attendre me délester de 2€50 en contrepartie d’une bouteille d’Evian bien fraîche, quelque chose qui dans le contexte s’apparente au bonheur suprême.

Il est présentement 19h57, le début du concert est  à 20h, difficile d’être plus ponctuelle. Bon comme d’habitude je ne vais pas m’appesantir sur la première partie, parce que c’était franchement pas top. Franchement franchement pas top. Et tellement d’ailleurs que… Ah merde, pardon, j’ai dit que j’allais pas m’appesantir dessus.
Je ne parlerai pas non plus des 40 minutes d’attente réglementaires entre les deux (d’habitude c’est plus 30 mais exceptionnellement je ne vais pas chipoter), entourée de tous ces corps aussi moites que le mien. Je ne me suis jamais autant essuyée le front que ce soir là je crois. Il fallait que je le dise.

photo 1Et puis enfin ils arrivent, les musiciens. On les acclame, on est heureux, la chaleur n’est désormais plus notre unique priorité. Et puis on l’aperçoit, Florence. Au fond à droite, toute de blanc vêtue, avec ses longs cheveux flamboyants.
J’ai un peu honte de dire que je ne me souviens pas de la chanson par laquelle elle a débuté son show. Mais je sais que pas longtemps après a suivi Ship To Wreck, extrait de son dernier album How Big, How Blue, How Beautiful. Ah qu’est-ce que c’était bien. Bon, j’en conviens, cet opus sorti début juin a des accents plus rock que les précédents. What Kind of Man par exemple (dont j’ai déjà parlé me semble-t-il) en est un parfait exemple. Le couple batterie / guitare s’impose dans un style pop rock plus classique, la voix s’éraille et se durcie quelques fois. Mais ses tonalités si particulières sont toujours là, et son univers onirique n’est jamais loin.
Parce que Florence Welch, c’est une rêveuse un peu torturée, qui s’anime au son de nos acclamations, qui vibre et communie avec nous.

photo 3Ceux qui sont là le savent, ce sont des vrais. Ils connaissent toutes les chansons sur le bout des doigts, hurlent dès les premières notes, font des cœurs avec leurs mains. On est chez les Bisounours ici, y’a pas de doute.
Et pour mon plus grand bonheur, les extraits de ses anciens albums ne manquent pas : pour Rabbit Heart (Raise It Up), elle demande aux hommes de prendre leurs copines sur leurs épaules. Aller hop ! Sur Drumming Song, c’est la folie, sur Cosmic Love, c’est la folie, sur Spectrum tout le monde saute et chante… Et puis quand ça approche de la fin enfin on a droit à You’ve Got The Love, et moi les chansons où tout le monde reprend en chœur comme ça, ça donne le frisson !
Et pour finir… le magistral final sur Dog Days Are Over, pour lequel je n’ai pas de mots. Comme à l’accoutumée, le public s’amuse à lancer en l’air les coussins verts distribués pour soulager le séant de ceux qui s’assoient dans les gradins. J’avoue que c’est marrant mais très peu pratique pour filmer !

photo 2Une sacrée performance pour une soirée vraiment exceptionnelle, voilà ce que je retiendrai de ces Nuits de Fourvière 2015… Et non je ne ferai pas de jeu de mot sur Florence qui est une vraie Machine, parce que ça vraiment ça craint.

 

Florence And The Machine – Hurricane Drunk